Notre guide pour opter pour la vefa

Notre guide pour opter pour la vefa

La VEFA est certes plus sophistiquée qu'une vente classique. Néanmoins, il existe quelques conseils à suivre qui vous éviteront une grosse déception post-achat.

Quelques règles de prudence à suivre

Le premier conseil qui vient à l'esprit c'est la lecture du contrat de vente. Ce conseil peut s'avérer être complètement banal, mais il n'en est rien. Tout se trouve dans ce contrat alors évitez de le signer avant de l'avoir lu et compris ce qui s'y trouve. Ensuite, ne touchez surtout pas au plan. En effet, un travail personnalisable fait partie des particularités de la vente VEFA sauf que tout changement a son prix, alors si vous voulez éviter un surplus de dépense, n'y toucher surtout pas. Sachez que pour un petit changement aussi infime soit-il, vous devriez ouvrir un dossier de modification qui vous coûtera quelques centaines d'euros. Vous devriez également être conscient du fait qu'un retard de livraison est envisageable, car le moindre changement climatique aura des conséquences quelque peu néfastes pour les travaux de construction. Il y a également d'autres variables à prendre en compte au moment de l'acquisition neuve sur plan, alors attendez-vous à avoir une ou deux surprises quand on vous aura remis vos clefs.

La convention de réservation

Effectuer cette clause n'est pas une obligation, mais c'est fortement recommandé. D'ailleurs, c'est lui qui délimite la réservation du bien prochainement acquis. Elle détaille précisément la surface habitable, la description de l'habitat, l'état de l‘immeuble en cas de copropriété et pour finir, le coût prévisionnel. Une clause de révision majorée de moins de 5 % peut être ajoutée à la clause.

La caution

La caution ne doit pas dépasser les 5 % du prix quand le délai est moins de 12 mois. Pas plus de 2 % jusqu'à 24 mois et au-delà, aucun engagement n'est exigé.

La rétraction

Une fois le contrat signé, le futur acquéreur dispose d'une dizaine de jours pour se retirer. Au-delà de ces 10 jours, ce dernier devient définitif. Une lettre recommandée sera envoyée par le promoteur ; si l'acquéreur refuse de le signer, il n'aura plus droit au dépôt de garantie. Cependant, quelques exceptions échappent à cette règle comme l'absence d'un élément convenu dans l'immeuble ou encore si le prix de vente finale excède 5 % du prix initial.

Le contrat de vente final

Dès que toutes les conditions requises pour la vente sont réunies, c'est le notaire qui entre en jeu pour finaliser l'accord entre les deux contractants. Un rapport qui contiendra une description détaillée du logement sera envoyé une trentaine de jours avant la date éditée pour sa signature. Ce contrat de vente mentionnera également l'échéance des travaux. Il est à noter que la loi accorde au promoteur une marge approximative en cas de retard de livraison, quoique rien n'empêche l'acheteur de demander des indemnités de retard. Mais pour cela, il devra le mentionner clairement dans le traité de vente. 

Les Sujets

Comment fonctionne l'échéancier VEFA

La vente sur plan ou la vente anticipée entraine souvent des débats. Certaines personnes ne font pas confiance aux promoteurs immobiliers qui...

Quelles sont les garanties dans le cadre d'une VEFA ?

Les acquéreurs ont toujours des doutes dans le cadre d'une VEFA. Ils s'inquiètent sur la conformité de la livraison au plan présenté au moment...